Formateurs

Agnes Troupel, Revel, France.

Agnes Troupel, Revel, France.

Plus de 20 ans de pratique, je l'enseigne depuis 17 ans. Très active dans la vie, j'ai toujours pratiqué du sport avec persévérance.
C'est quand j'ai pris conscience que je me vidais le corps et l'esprit sans m'emplir de rien, que j'ai découvert le KIN-JO.
Et là ce fut une révélation, la plénitude de mon être en l'instant présent.
Chaque séance est une nouvelle occasion d'aller à la rencontre de ma Réalité Profonde.
Le KIN-JO me permet d'être toujours aussi active dans mes choix de vie, sans m'éparpiller et sans m'épuiser.
En tant que transmettrice, j'ai plaisir de constater que les élèves, tous différents, intègrent rapidement et facilement, les clefs du KIN-JO pour en tirer les bénéfices dans leur vie de tous les jours.

Amelia Lopez, Saint-Jean-sur-Richelieu, Canada.

Amelia Lopez, Saint-Jean-sur-Richelieu, Canada.

Je pratique le KIN-JO depuis 1998 et je le transmets depuis 2000. Un privilège de transmission que je partage depuis 18 ans dans différents pays d'Amérique. Mon engagement en tant que transmetteur est une réponse à la recherche de l'expression de mon corps en mouvement qui a débuté par la danse étant plus jeune et qui m'a conduit dans l'univers de l'art martial du bonheur. Dans chaque opportunité qu'il m'est donné de vivre le KIN-JO, j'éprouve une joie profonde et inexplicable. Les valeurs d'humanité et de liberté qui m'animent, ont tout un espace d'expression nécessaire dans la communauté KIN-JO. Je note que depuis que le KIN-JO fait partie de mon existence, ma conception de la vie s'est étendue à l'infini et maintenant je la perçois au sein d'une dimension illimitée. La force qui me pousse me construire au quotidien en tant que meilleur être humain mobilise en moi une énergie inexplicable qui m'appelle à m'épanouir et à rendre sa pratique accessible dans tous les confins de l'univers. Je transmets le KIN-JO parce que je sens que j'exerce mon droit de participer à la construction d'un monde meilleur, plus conscient, libre et pacifique.

Ana Rosa Diaz, Santiago, Chile.

Ana Rosa Diaz, Santiago, Chile.

Je le pratique depuis 2000 et j'ai décidé de le transmettre depuis 2003. Je vis avec le KIN-JO depuis 18 ans et j'aime le transmettre depuis 15 ans. Le KIN-JO, étant une discipline de mouvements simples et profonds à la fois, je peux sentir comment il parvient à débloquer des situations, sans douleur, en moi et chez ceux qui le reçoivent.
J'ai découvert qu'on peut jouir de la vie en harmonie avec toute la création et l'univers. Dès que je me reconnais comme la Création du Divin, je reconnais aussi le Tout, dont nous faisons partie et qui nous donne la preuve que nous sommes Un. Grâce au Kin-Jo je suis un être humain de plus en plus conscient de ce que je pense, de ce que je dis et regarde, de ce que je respire, et je nourris mon corps de cela. En tant que transmetteur, j'apporte mon grain de sable, transmettre le Kin-Jo c'est aussi offrir ce chemin de transformation vital, que je vis avec responsabilité, sans que cela ne soit un fardeau; il permet à la vie d'être plus légère et joyeuse en profitant de chaque moment, ici et maintenant.

Carlos Serrano, Lleida, Cataluña.

Carlos Serrano, Lleida, Cataluña.

Je pratique KIN-JO depuis 2013, étant un transmetteur reconnu en 2016. Je suis en contact avec les arts martiaux depuis que j’ai 10 ans et par la suite à l'armée et la police je reçu une formation en aïkido, le judo et le karaté.
Le KIN-JO a traversé mon chemin, après une période très difficile dans ma vie qui m'a amené à me retrouver par la méditation, TaÏ-Chi, Chi-Kong et même en Inde où j'ai rencontré différents types de yoga et de méditation.
Grâce au KIN-JO, j'ai découvert que le seul endroit où l'on peut changer quelque chose est en soi. Reconnaître que la vie est un combat et que le seul adversaire est soi-même, avec ses peurs et ses frustrations. Pour moi, le vrai chemin est de sentir que je suis un fils du créateur, co-créateur et créatif; le fait d’identifier ce que je ne suis pas et de le libérer pour faire place à ce que je suis. Telle est la motivation qui me conduit à être Transmetteur, le KIN-JO par le mouvement offre la possibilité de se connaitre, de connaître la création, d'entrer dans les vérités éternelles et la magie de la vie qui est en nous.

Dejana Boricic, Belgrade, Serbie.

Dejana Boricic, Belgrade, Serbie.

J’ai commencé à pratiquer le KIN-JO en 2008 et je suis devenue transmettrice en 2011. Cela signifie 7 ans à partager cette pratique. Le KIN-JO, l’art martial du bonheur, au travers de mouvements physiques, me permet de découvrir la qualité spirituelle et la mystique de chaque personne. En pratiquant, je révèle et change mes propres valeurs. Je gagne en stabilité et certitude dans ma vie quotidienne. Je parviens à découvrir ma propre identité et l’importance de vivre à son plein potentiel.
Avec l’aide des outils que je reçois de la pratique du KIN-JO, je suis capable de découvrir mes points faibles et avec de simples exercices techniques d’améliorer ma santé physique, mentale et émotionnelle. Chaque pratique m’apporte des bénéfices immédiats, en travaillant avec les gens et en diffusant le KIN-JO, j’ouvre de nouvelles facettes. Je me suis engagée à transmettre le KIN-JO, parce que je découvre de nouvelles personnes, de nouvelles énergies, de nouvelles questions- force est pour nous – qui transmettons la connaissance – de toujours rester éveillés et de progresser nous-mêmes pour trouver l’essence de la vérité de la vie, au travers de la joie de pratiquer le KIN-JO.

Lise Dextradeur, Saint Jean sur Richelieu, Canada.

Lise Dextradeur, Saint Jean sur Richelieu, Canada.

Je pratique le KIN-JO depuis 2007 et je le transmets depuis 2011. Soit 7 ans à vivre une expérience enrichissante dans cet engagement.
Mon engagement en tant que transmettrice est le fruit de belles découvertes : le KIN-JO est une voie agréable basée sur le mouvement qui m’aide à me recentrer, me détendre et m’éclairer afin de m’épanouir dans une liberté d’exprimer qui je suis.
Les valeurs qui me tiennent à cœur, telles que le respect, la communication et l’entraide, sont présentes au sein de la communauté de KIN-JO, ce qui me permet d’être et de donner le meilleur de moi-même. J’ai constaté que la voie du KIN-JO m'a rendue plus à l’aise, ouverte et tolérante.
Être transmettrice me permet donc de partager cette discipline avec le plus de personnes possible afin qu’elles en tirent des bénéfices et ensemble construire un monde meilleur.

Ludovic Fourest, Berlin, Allemagne.

Ludovic Fourest, Berlin, Allemagne.

Je pratique le KIN-JO depuis environ 15 ans et je le transmets depuis 10 ans. Ma raison d’être et exister c’est l´Amour, avec un grand A. Qui est le support des valeurs qui me tiennent à cœur, comme la rectitude, et le choix de chacun. Je m’exprime à travers la mise en mouvement et l’art, la danse c’est la poésie du corps. Danseur de profession, j’ai ma propre école, métier que je partage avec ma femme. À l’instant je suis en train de finaliser mes études en tant qu’ostéopathe.
Depuis que je pratique le KIN-JO j'ai acquis une stabilité émotionnelle et une unité intérieure. Cela me permet d´ être en prise directe avec l´ instant présent.
La voie de la transmission de KIN-JO s’est présentée en cohérence avec moi-même, car je suis à chaque fois impressionné de voir comment le KIN-JO transforme les participants, moi inclus, à chaque session. On ne peut pas résister à la subtile puissance qui s´ instille en nous.

Migan Remi, Bénin, Afrique.

Migan Remi, Bénin, Afrique.

Je pratique le KIN-JO depuis 25 ans et j'ai le bonheur de le transmettre depuis 20 ans. Ingénieur mécanicien à la retraite, 64 ans vivant au Bénin, j’ai découvert sa dimension universelle, le bien-être physique et spirituel qu’il procure à chaque fois que je pratique cet art martial au porté de tout le monde. A chaque fois que j'ai eu à le partager avec les amis, je constate qu'ils ne cessent de le réclamer. Grace au KIN-JO, je dors bien, je suis devenu serein, toujours en pleine forme, calme, posé et toujours, actif, gai et confiant. Il m'a permis de sceller d’amitiés en France, Crète, Chypre, Grèce, Espagne, Argentine, Allemagne, Serbie au Canada et aux USA au Chili ... où il se vit au quotidien. La motivation profonde qui m’amène à transmettre le KIN-JO est la joie de partager un enseignement pratique du temps présent, vivant, ressourçant, revitalisant dans tous les espaces de la vie humaine.
Sa pratique en groupe me fait vivre des moments passionnants inoubliables.

Mirjana Jojic, Serbie.

Mirjana Jojic, Serbie.

Je pratique depuis 2011 et j’ai commencé à transmettre en 2012. Cela fait 6 ans à diffuser de bonnes nouvelles du bonheur. Je suis honorée de transmettre le KIN-JO parce que j’ai découvert des clés uniques qui permettent à chaque être humain de s’améliorer et d’améliorer sa qualité de vie. Et à cause de mes valeurs : persévérance, esprit digne…, j’ai trouvé avec le KIN-JO, le moyen de diffuser et de développer celles-ci pour les autres. Je transmets parce que j’ai réalisé l’importance d’être authentique et de vivre pleinement le moment présent. Depuis que je transmets le KIN-JO, mon désir de spiritualité est stimulé. Ma motivation profonde, qui me conduit à faire partager le KIN-JO, c’est, en premier lieu, en m’ouvrant aux autres qui veulent découvrir leur réalité profonde, la capacité de transmettre une connaissance qui représente l’essence de l’enseignement d’un art martial original.

Oliver Suarez, Canarias, Espagne.

Oliver Suarez, Canarias, Espagne.

Je pratique le KIN-JO depuis 2012 et je le transmets depuis 2013. Je me développe professionnellement dans la transmission depuis 5 ans.
J'aime ce que je ressens lorsque j'exécute chaque mouvement, chaque kata, chaque respiration subtile ... si simple, puissante et efficace à la fois; pour cette raison, je suis engagé en tant que transmetteur de KIN-JO.
Cela m'a permis de surmonter de nombreux freins personnels que j'avais moi-même établi. Une de mes plus meilleures maximes est de partager avec tout le monde, l'enthousiasme de la pratique de cette discipline.
En tant que transmetteur, je recherche continuellement l'esthétique dans l'expression vibratoire qui me permet de révéler la richesse, la beauté et la profondeur du KIN-JO qui est en moi, comme dans tout être humain et j'espère que tout le monde aura accès à cette pratique. Pour moi c'est un plaisir, et un plaisir infini de le partager.

Olivia Aguilar, Nice, France.

Olivia Aguilar, Nice, France.

Je pratique le KIN-JO depuis avril 2004 et j'ai obtenu ma reconnaissance en tant que transmettrice® en septembre 2007. Je suis d'origine espagnole et j'ai récemment résidé en France.
Je suis dans cet engagement depuis 11 ans.
À partir du moment où le «KIN-JO, art martial du bonheur» a commencé à faire partie de ma vie, j'ai découvert un moyen simple et efficace d'auto-régénération qui m'a procuré une joie interne.
Avec cette motivation et cette vérification, j'ai décidé de transmettre tous les avantages que j'avais vécus en moi, à la fois physiquement, énergétiquement et même émotionnellement.
La pratique du KIN-JO m'a donné des centaines de prises de conscience, à tous les niveaux de ma vie, qui ont émergé en moi comme de petites étincelles de lumière, clarifiant mon chemin dans la vie.
Mon désir profond est d’offrir aux autres, l'aventure de redécouvrir l'être de lumière que nous portons tous à l'intérieur.

Penelope  Margiolaki, Chania, Grèce.

Penelope Margiolaki, Chania, Grèce.

Je pratique le KIN-JO depuis 2011 et je le transmets depuis 2013. Cela fait 6 ans que je transmets avec un grand bonheur de le partager.
J’ai fait du Taïchi pendant 15 ans et de la danse contemporaine. Le KIN-JO a été pour moi un appel inné, une découverte, et le besoin de travailler mon corps physique et mes autres corps. Une flamme s’est allumée en moi, j’ai été impressionnée par la force des couleurs, des sons, des positions des yeux et du mouvement. C’est un art complet!
Pratiquer le KIN-JO me permet de me reconnaitre, d'exprimer mes valeurs avec amour. Il m’a fait découvrir la beauté de l’instant présent. Le KIN-JO permet de prendre conscience de sa vie , de la Protéger et de la Conduire en accord avec notre être profond et pas de l’extérieur. Dans ces temps tourmentés où l'homme perd facilement son identité, le KIN-JO est une protection pour qu'il reste lui-même « Aimer, Défendre, se Respecter soi-même et les autres". Je me suis engagée en tant que transmettrice pour que tout pratiquant consciencialise et incarne ses qualités. ‘Ressentir l’unité de l’homme. Etre un homme libre’.

Sandra Rodriguez. Lanzarote, Espagne.

Sandra Rodriguez. Lanzarote, Espagne.

J'ai découvert le KIN-JO en 2000 et je le transmets depuis 2002. Ce sont 16 années qui font partie de mon parcours. Lors d'un moment d'inquiétude, de recherche intense et de découverte, le KIN-JO a été là, présent pour moi, et chaque fois que je le pratique, je me sens prendre la pleine conscience de ma vie, dans ma vie quotidienne. La joie dans la vie pour moi est de sentir qui je suis et ce que je suis; comment le monde et moi - et moi et le monde, interagissons, communiquons. Avec le KIN-JO, je peux toujours aller au-delà de ce que j'ai accompli jusqu'ici, à l'intérieur comme à l'extérieur. Le KIN-JO s'est converti en un outil qui m'amène ici, là et maintenant, sans prétendre changer quoi que ce soit. Cela m'amène à ne pas passer par le mental, à respirer, à prendre le sens de l'appartenance à la planète, à la vie et par conséquent, continuer à découvrir qui je suis au-delà des influences extérieures.
Ce qui me donne de l’enthousiasme de transmettre le KIN-JO, c’est que à chaque fois je le fais, en plus d’avoir le sentiment de satisfaction de regarder les autres en train de faire la découverte de soi, je continue moi aussi à me découvrir à travers les autres. Vivre l’Aventure de voyager à l’intérieur de moi- même et que les autres puissent aussi l’expérimenter est source d’enthousiasme!

Sylvette Vinoche, St. Just, France.

Sylvette Vinoche, St. Just, France.

J’ai rencontré le KIN-JO en 2000 auprès d’un couple de danseurs. J’ai commencé à le transmettre à Lyon en 2003. Donc depuis 15 ans je suis transmettrice.
Les révélations et les prises de conscience que la pratique m’a de suite apporté m’ont convaincue que c’était là un art très profond et révolutionnaire, et sans doute ce que je cherchais depuis longtemps au travers du yoga que je pratiquais depuis plus de 20 ans.
Etant professeur de yoga, l’envie de le partager par la transmission s’est de suite imposée. Enfin, j’avais l’assurance de proposer aux personnes en recherche de vérité un outil à la rapide et efficace au-delà de tout ce que j’avais pu expérimenter auparavant.
Le yoga fait toujours partie de ma vie mais le KIN-JO continue de m’aider dans le quotidien par l’ancrage, la stabilité émotionnelle, la sérénité qu’il procure ; le vivre et le transmettre sont des joies sans cesse renouvelées. Transmettre impose d’approfondir sa pratique et permet de l’éprouver dans des situations diverses et de constater les transformations qu’elle opère chez les élèves.
Depuis que le travail a commencé, il se poursuit encore aujourd’hui ! Il est sans fin.